Lahore (Agence Fides) – Le gouvernement pakistanais doit prendre des mesures d’urgence afin de mettre un terme à l’usage abusif des lois sur le blasphème : tel est l’appel diffusé par le Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement (CLAAS), association chef de file d’un groupe d’organismes et organisations de la société civile qui renouvellent la requête de bloquer l’usage impropre de la loi sur le blasphème, très répandue au Pakistan.

A l’occasion de la Journée mondiale pour les droits fondamentaux du 10 décembre, le gouvernement pakistanais est invité « à donner un nouvel élan à la révision de la loi sur le blasphème qui cause des souffrances indescriptibles aux minorités religieuses et à tous les citoyens pakistanais » affirme une note envoyée à l’Agence Fides.
L’usage impropre de la loi a été révélé au monde au travers du cas d’Asia Bibi, la chrétienne accusée de blasphème en 2009 et condamnée à mort. Après près de neuf années de détention, elle a finalement été acquittée le 31 octobre dernier par la Cour Suprême. Le gouvernement pakistanais gère actuellement le cas et la demande d’asile à des Etats étrangers pour elle et sa famille.

Lire la suite sur Fides